Le « coolness factor » du français